passages parisiens+passages parisiens

Lifestyle Passages et galeries, le charme du Paris caché

février 12, 2018 by Claire Michel

Majoritairement édifiés au cours du XIXe siècle, ces galeries et passages percés au milieu des immeubles et surmontés de verrières, constituent une curiosité architecturale typique de Paris, ou profiter d’une expérience shopping inoubliable. La majorité abrite des boutiques, des salons de thé ou des restaurants. La capitale française en compte une vingtaine, situés principalement aux abords des Grands Boulevards, ces lieux très visibles sur Instagram constituent un atout lifestyle pour Paris. 

Chacune de ces galeries a sa spécialité: le passage Verdeau abrite de nombreux antiquaires. La Galerie Vivienne tout près du Palais-Royal, est l’une des plus emblématiques de Paris. Tout près, la galerie Véro-Dodat regorge de boutiques chics, à l’instar de l’atelier-boutique de Christian Louboutin. Quant au passage du Grand-Cerf, avec sa structure aérienne en métal et en fer forgé, en fait l’un des passages les plus spectaculaires de Paris. Enfin, la galerie Colbert, construite en 1823, a la particularité de ne comporter aucune boutique.

Galerie Vivienne
Construite en 1823 à l’emplacement des hôtels Vanel de Serrant et du passage des Petits-Pères. Inaugurée en 1826 sous le nom de « Marchoux », puis rapidement baptisée « Vivienne », cette galerie tire profit de son emplacement exceptionnel. Elle attire bon nombre de visiteurs avec ses boutiques de tailleur, bottier, marchand de vin, restaurateur, librairie Jousseaume, mercier, confiseur, marchand d’estampes.
Depuis 1980, la galerie présente des boutiques de mode et de décoration, des défilés de haute couture s’y tiennent. L’installation de Jean-Paul Gaultier, aujourd’hui parti, et de Yuki Torii, en 1986, a permis la résurrection de la galerie. Celle-ci héberge aujourd’hui des cafés et de nombreuses boutiques de prêt-à-porter et d’objets décoratifs.

Gallerie Colbert
Construite en 1823, la galerie Colbert est située à deux pas de sa grande rivale, la galerie Vivienne. A la différence des autres galeries parisiennes, cette jolie galerie n’abrite aucunes boutiques. Propriété de la Bibliothèque Nationale, elle est tournée vers la culture et héberge l’Institut Nationale de l’Histoire de l’Art (INHA) et l’Institut Nationale du Patrimoine (INP). Elle est cependant ouverte au public qui est invité à découvrir la magnifique rotonde surmontée d’une coupole en verre. La brasserie « Le Grand Colbert », au décor Art nouveau est classée monuments historiques, souvent utilisée pour le cinéma elle est située à l’entrée de la galerie.

Galerie Vero-Dodat
Située à deux pas du musée du Louvre, la galerie Vero-Dodat est l’une des rares galeries couvertes du quartier. Sa longueur limitée est compensée par l’effet de perspective donné par les losanges noirs et blancs du dallage en marbre. Le plafond est orné de belles gravures là où il n’est pas vitré. Véritable havre de paix, au charme très parisien, la galerie Véro-Dodat réserve quelques surprises. La galerie héberge de nombreuses boutiques très élégantes: ameublement, décoration, galerie d’art, instruments de musique, poupées anciennes. Les possibilités de pauses gourmandes y sont variées. Les passionnées de mode se pressent dans cette galerie qui abrite l’atelier du créateur Christian Louboutin.

Passage du Grand Cerf
Le passage du Grand Cerf est ouvert en 1825 sur l’emplacement de l’hôtel du même nom. Après avoir changé de nombreuses fois de propriétaires, le passage se refait une beauté dans les années 80. Désormais, cet endroit offre un grand espace avec une verrière qui culmine à 12 mètres de hauteur ce qui fait de ce lieu parisien un endroit spectaculaire.
Le flâneur découvre de jolies boutiques d’artisanat: bijoux, mobilier et design. Les autres découvrent quant à eux des commerces très pointus de tricot ou encore de luminaires.

Passage Jouffroy
Le passage Jouffroy est édifié en 1845 dans le prolongement de celui des Panoramas, afin de profiter de la popularité de ce dernier. Félix de Jouffroy-Gonsans, qui lègue son nom au passage, est nommé gestionnaire des lieux avec Monsieur Verdeau, qui laisse le sien au passage édifié dans le prolongement de celui-ci, le passage Verdeau. Les lieux sont édifiés par les architectes François-Hippolyte Destailleur et Romain de Bourges. Avec son impressionnante structure en fer, le passage est un véritable témoin des progrès architecturaux du XIXème siècle avec sa structure en fer. En 1974, le passage est inscrit au titre des monuments historiques. Aujourd’hui, il est un des lieux les plus fréquentés de la capitale de part sa verrière ogiveale et pour le musée Grévin qu’il abrite. Les gourmands pourront faire une pause au Valentin, l’incontournable salon de thé du passage.

Passage Verdeau
Créé en 1846 par la société Jouffroy, le passage Verdeau a souffert de la comparaison avec les passages qui le précèdent. Pourtant, avec ses 75 mètres de long, sa haute verrière en arêtes de poisson, ainsi qu’un dessin néoclassique épuré il n’a rien à leur envier. Cependant, l’ouverture de l’Hôtel Drouot a attiré de nombreux antiquaires qui y ont élu domicile et le passage attire depuis, de nombreux collectionneurs de livres anciens ou cartes postales anciennes. Un magasin de photo se situe au même emplacement depuis 1901.

 

Share

  • IMG_3780
  • passages parisienspassages parisiens
  • IMG_3782
  • IMG_3783
  • IMG_3784
  • IMG_3786
  • Shangri-La-Hotel-Paris-16

Claire Michel

Rédactrice Mode & LifeStyle